Little children | Une Russe à Paris
Une Russe à Paris

samedi 5 mai 2007

Little children

Souvenirs très confus : chaleur, bruit du moteur, yeux à demi clos, obscurité… Non non, rien de tout cela dans Little children ! C’est que ce film, je l’ai vu dans l’avion Paris – Hong Kong, au milieu de la nuit… Et je crois d’ailleurs en avoir raté le début.

Souvenirs confus également car je ne sais que penser de ce film. Il n’est pas mauvais. Non, il n’est pas mauvais, mais dans le genre « dénonciation de la vacuité de la vie dans les banlieues américaines », on a fait mieux (un sac en plastic virevoltant dans l’air dans American Beauty en dit plus que tous les Little Children combined…). Il n’est pas mauvais, car Kate Winslet y est excellente. J’aime cette actrice pour qui ne se laisse jamais tenter par la beauté à l’américaine. Son front, ses yeux, ses lèvres sont pleins de sens avant d’être beaux. Elle (ou plutôt son héroïne, car qui connaît Kate Winslet pour de vrai, non mais…) est comme elle est, cheveux ébouriffés, habillée en sac à patates (sauf quand elle porte ce fameux maillot rouge une pièce – un moment d’anthologie !), sans maquillage… et ça pousse à voir plus loin, dans le personnage, dans le film. Peut-être parce que moi aussi, en la regardant, j’avais les traits fatigués, les cheveux ébouriffés, le masque coupe-lumière emmelé avec le casque audio, un vieux jean de voyage et l’impression de ne pas vraiment appartenir à l’endroit où je suis…

A qui je recommanderais ce film ? A aucun de mes amis, je pense (ou peut-être quand ils atteindront ce degré de désespoir d’une femme délaissée ?)… Mais certainement aux fans de Kate Winslet.

Infos et Critiques: IMDB, Télérama

Prix: 3 nominations aux Oscars (Meilleure actrice, Meilleur scénario, Meilleur acteur dans un second rôle); 3 nominations aux Golden Globes... plus de 20 nominations en tout, et quelques prix assez secondaires au final.