(Voyages) Nouveau guide sur la Russie | Une Russe à Paris
Une Russe à Paris

mercredi 10 septembre 2008

(Voyages) Nouveau guide sur la Russie

Que recherche-t-on dans un guide de voyage ? Des conseils pratiques, des itinéraires « loin des sentiers battus » et des adresses « inédites »… Et puis il y a ces touristes curieux qui cherchent un guide pour apprendre quelque chose sur le pays, ses habitants, son histoire, sa culture et ses coutumes. La collection « Culture Guides », créée par les Presses Universitaires de France et le voyagiste culturel Clio, est pour ceux-là. Voici donc un nouveau guide sur la Russie qui a pour but de « replacer le voyage dans son cadre culturel et historique » et raconte le pays à travers son histoire et ses lieux – une approche toute somme censée et louable.

Il ne faut pas se tromper – avant tout, il s’agit d’un livre d’histoire, synthétique mais trop dense pour un voyageur même très curieux. Les incursions dans des domaines autres que l’histoire sont rares (la musique russe se résume ainsi en une page), et leur style rappelle davantage celui d’un dictionnaire que d’un guide :

« Le symbolisme en tant que variété du courant moderniste dans la littérature et l’art aparaît en France dans les années 1880-1890. Ce mouvement revêt diverses formes en Russie et trouve en A.A.Blok un de ses meilleurs poètes. Contre cette tendance, le poète N.S.Gumilëv crée en 1910 l’Akméisme. Les principaux tenants de ce courant sont la poétesse A.A.Akhmatova, et les poètes O.E.Mandelstam et S.M.Gorodetskij. »

Pour la plus grande joie du lecteur assoupi par le style quelque peu austère de Jean-Pierre Arrignon, des extraits d’œuvres de grands voyageurs sont placés avec parcimonie ici et là : on y retrouve, parmi d’autres, Germaine de Staël, Théophile Gautier, Joseph de Maistre… L’idée de révéler le pays à travers les récits des voyageurs d’antan est formidable (quel plaisir, je me souviens, fut pour moi de découvrir la Suisse avec les « Lettres d’un voyageur russe » de Karamzine !

Vous ne me croirez pas, mais pas un seul tableau n’avait bougé dans les musées depuis la fin du XVIIIe siècle, et le restaurateur heureux de retrouver son enseigne dans un livre vieux de deux cents ans nous offra un verre). Cette approche mériterait cependant des recherches plus fouillées, car les textes cités sont peu nombreux et plusieurs auteurs que l’on penserait incontournables manquent à l’appel , tels Abbé Chappe d’Auteroche, Marquis de Custine, Alexandre Dumas ou encore Balzac et Diderot.

Au final, parmi les guides pour voyageurs curieux, on préfère encore et toujours la collection « Bibliothèque du voyageur » de Gallimard où l’histoire est davantage équilibrée par la culture sous ses formes les plus diverses. On gardera le livre de Jean-Pierre Arrignon pour rafraîchir les souvenirs des cours d’histoire de la fac !