(Opéra) Nouvelle saison à l'Opéra de Paris: je fais mon marché | Une Russe à Paris
Une Russe à Paris

jeudi 2 avril 2009

(Opéra) Nouvelle saison à l'Opéra de Paris: je fais mon marché

"Les plaisirs les plus vrais sont sérieux" dixit Nicolas Joël en présentant sa première saison à l'Opéra de Paris (2009-2010). Débuts prometteurs, rien qu'avec l'image choisie comme emblème de la saison: un plan de Fanny et Alexandre de Bergman (non, je n'ai pas une culture d'enfer, c'est marqué sur le site) que j'ai tout de suite eu envie de voir. Si l'on ose une analyse de l'image plus poussée (ah, les cours de sémiologie, ça laisse toujours des traces!), on pourrait trouver ici, entre autres, le retour du spectateur au centre (il choisit ce qu'il veut voir, et le spectateur a clairement dit que trois Janacek par an, c'était trop), le retour de la mise en scène avec de vrais décors et costumes (la grande spécialité de Nicolas Joël en tant que metteur en scène, c'est une certaine luxure)... Un plaisir sérieux, donc, mais enfin un plaisir et plus un effort pour "fermer les yeux" sur une mise en scène ou un chanteur mal choisis. Je vous livre une petite sélecion des spectacles à voir l'année prochaine... à réserver dès maintenant pour les abonnés!

Pour les curieux, voici la scène de Fanny et Alexandre dont est tirée l'image:

--Fanny et Alexandre/vidéo--
--

Opéras :


Je flashe pour :

Mireille de Charles Gounod, une nouvelle production (mise en scène de Nicolas Joël, donc une « vraie » mise en scène, pas des chanteurs qui déambulent dans un cube gris pendant quatre heures), avec que des chanteurs que j’adore : Amel Brahim-Djelloul, Anne-Catherine Gillet, Inva Mula (qui devrait être parfaite dans ce répertoire), Nicolas Cavallier (je l’ai longtemps entendu dans des opéras de province et suis très contente de le retrouver à Garnier), Sébastien Droy et Franck Ferrari, ainsi que Sylvie Brunet dont on m’a dit beaucoup de bien mais que je n’ai jamais entendue sur scène.

L’Elixir d’amour de Donizetti avec, enfin, Anna Netrebko dans un rôle qui lui va comme un gant (enfin, peut-être pas comme un gant, il y a quand même des vocalises, mais c'est toujours mieux que La Traviata ou Lucia di Lammermoor qu’elle persiste à chanter). La production est drôle et réussie, et c’est LA production à choisir si vous voulez faire découvrir l’opéra à un ami.

Platée de Rameau : une production que je pourrais revoir des dizaines de fois et dont j’ai déjà parlé ici. Je l’avais vue avec Paul Agnew qui fut excellent. Quid de Jean-Paul Fouchécourt ?

Idomeneo : la distribution doit être vraiment géniale pour que je ne m’ennuie pas (et dire que je l’avais vu avec Kobie van Rensburg, je place vraiment la barre très haut) et… elle l’est ! ENFIN Anna Netrebko dans du Mozart, qui est probablement le seul compositeur qu’elle devrait chanter. Vesselina Kasarova, géniale ! Charles Workman, formidable ! Rolando Villazon est un parfait Nemorino, vocalement et scéniquement, mais il faudra voir la forme dans laquelle il se trouvera à ce moment-là.

La Dame du Lac de Rossini. Un grand événement, première représentation à l’Opéra de Paris, nouvelle production (évidemment), Joyce di Donato et Juan Diego Florez… Je n’ai entendu La Donna del Lago qu’en disque, et j’ai hâte de la découvrir sur scène.

Pourquoi pas


Le Barbier de Séville. Les plus : une super mise en scène . Les moins : une distribution pas mirobolante et un spectacle qui affichera complet le jour de l’ouverture des caisses. Peut-être en répétition générale…

La Ville Morte de Korngold. Une nouvelle production, dirigée par Pinchas Steinberg. « une volupté poétique et morbide », dixit le programme… Ah bon.

Werther de Massenet, avec, encore une fois, Anne-Catherine Gillet. Une nouvelle production de Benoît Jacquot.

Billy Budd de Britten. Tout simplement parce que j’aime cet opéra et n’ai pas souvent l’occasion de l’entendre.

Andréa Chénier. Je ne suis pas fan de cet opéra, mais c’est une nouvelle production, et puis bon, pourquoi pas. On peut toujours changer d’avis.

J’hésite pour :


La Somnambule de Bellini, une nouvelle production avec Nathalie Dessay. C’est un peu comme avouer aimer la chanson qui occupe la première place du hit parade. Too obvious. Trop grand public. Mais, bien sûr, si l’opéra était gratuit, je serais au premier rang. Il ne l'est pas...

Je passerai mon chemin sur :

Don Carlo (j’ai déjà vu cette production et, même si Sondra Radvanovsky est toujours de la partie, je crois que je ne survivrai pas si je vois cette mise en scène encore une fois).

Aucun des Wagner – ce n’est juste pas pour moi, du moins pour l’instant.

Faust, de Philippe Fénélon – idem !

Les Contes d’Hoffmann – parce que je le connais par cœur, et que je ne suis pas convaincue par la distribution (en fait, je ne vais pas voir les spectacles avec Béatrice Uria-Monzon).

La petite renarde rusée, qui ne m’avait pas convaincu cette année.

Concerts et récitals

Ne ratez pas celui de Simon Keenlyside, le 12 février 2010.

Atelier Lyrique

A l’Atelier Lyrique, la programmation devient de plus en plus innovante, avec, notamment, la création française de l’opérette Mirandolina de Bohuslav Martin (d’après La Locandiera de Goldoni), dont je viens de lire, chez Youri Tchirkov, qu’elle fut interprétée dans les théâtres des camps de travail soviétiques. Les Troqueurs (1753) d’Antoine d’Auvergne est un opéra bouffon, la réponse des Français à l’opéra bouffe italien, composé en quinze jours d’après une fable de La Fontaine.


Danse

Je craque pour :

Millepied/Paul/McGregor (j’adore ce que fait Benjamin Millepied dont je vous ai parlé ici).

Ballets Russes Massine/Fokine/Nijinsky (je vous ai déjà parlé de ma passion pour les Ballets Russes ici et ).

La Dame aux camélias de John Neumeier. L’une des plus fortes impressions qu’un ballet ait jamais produit sur moi.

Siddharta, une création d’Angelin Preljocaj.

Kaguyahime, entrée au répertoire/nouvelle production de Jiri Kylian (que j’adore).

Et puis, Giselle et Casse-Noisette en fonction des distributions. (Casse-Noisette avec Dorothée Gilbert, je fonce !)